De 1925 à aujourd'hui

 

De 1925 (et avant) à aujourd'hui.....

 

Si je peux aujourd'hui, vous proposer des appartements de locations saisonnières, c'est parce que d'autres membres de ma famille, bien avant ma naissance, ont commencé à constituer cette propriété.

 

En août 1878, naissait à La Jarrie, dans le nord du département, un petit garçon que ses parents, Eugène Gustave EVEQUE, né à Surgères, et Marguerite VIDAL, née à Montflanquin dans le Lot et Garonne, épouse EVEQUE,  appellèrent Alfred Frédéric.

Quelques années plus tard, naissait à son tour à St Agnant, prés de Rochefort, une petite fille, 2ème enfant de Eugène RABIER, né au Vergeroux (17), et de Léontine YVON, épouse RABIER, née à St Hippolyte (17). Ils donnèrent à cette enfant les prénoms de Léontine Marie.

Ces deux enfants, qui sont mes arrière-grand- parents paternels, se sont mariés à Rochefort en novembre 1902. Le 17 octobre 1903, est née de cette union, une petite fille qui sera la seule enfant du couple, et qu'ils appelleront Marcelle

Alfred EVEQUE, était à son mariage, ferblantier et Marie EVEQUE était fleuriste. Elle ne cultivait pas des fleurs ou en vendait, mais fabriquait des fleurs en tissus. Ces fleurs destinées à être cousues ou brodées sur des vêtements et des chapeaux (c'était la mode), étaient envoyées, déjà à l'époque, en Amérique, ou dans des magasins de hautes coutures en France.

Mon arrière grand pére a fait plusieurs métiers et a travaillé longtemps en usine à Ruelle, en Charente.. Entre 1915/1920, je n'ai pas de date précise, ils ont décidé de venir s'installer à La Tremblade où ils avaient déjà de la famille. Mon arrière grand père a trouvé un emploi, aux Affaires Maritimes où il s'occupait des étiquettes de salubrité et contrôlait et surveillait tout ce qui concernait la pêche et l'ostréiculture. 

A la même période, un bar était à vendre en centre ville de La Tremblade, le bar de la Liberté (il existe toujours mais ne porte plus le même nom). Ils en deviennent propriétaires et mon arriére grand mère le tenait. Ils ont décidé aussi, pourquoi pas, de rajouter à la gestion du café, une petite restauration. Ce commerce est devenu également un petit restaurant familial, genre pension de famille. Je n'ai pas connu cette époque, car j'étais encore trés loin, je n'étais pas né. Ces informations, je les tiens de mon père et de mes grand-parents. 

Ayant probablement gagné un peu d'argent, ils décidèrent d'acheter du terrain à Ronce les bains et de construire  (je pense que l'idée est surtout venue de mon arrière grand mère qui avait déjà à l'époque ce que l'on  peut appeler "la maladie de la pierre").

 Les bains de mer à Ronce les bains fonctionnaient bien et les  "parisiens"  venaient en vacances. De nombreuses constructions également sortaient de terre: constructions de toutes sortes, toitures pointues ou pas,  en ardoises ou en tuiles, de belles façades scultées ou des maisons plus simples, maisons de style charentais, mais aussi basques, en bois, en briques ou en pierres,  étroites et toutes en hauteur.... Faites un tour dans Ronce les bains et vous découvrirez toutes ces maisons différentes qui font le charme de Ronce , mais aussi de toute la côte atlantique. 

Mes arrières grand -parents ont donc acheté un terrain, construit, revendu, acheté à nouveau et reconstruit à nouveau. Ils ont habité à La Tremblade, mais aussi à Ronce les bains dans certaines maisons qu'ils avaient fait construire. La 1ère maison construite, entre 1925 et 1930, qui est dans la propriété, est la villa Myosotis, et où sont les appartements "anémone", "bleuet" et "mimosa", qui ont été rénovés en 2005/2006. Les autres ont été construites ensuite, suivant l'achat des terrains (de petites parcelles groupées, qui ont fait une parcelle plus importante) et les moyens financiers disponibles.

Dans les années qui ont suivi, des aménagements, des agrandissements ont  transformé les villas.

Alfred EVEQUE est décédé en 1948. Mon arrière grand mère a alors continué de s'occuper des maisons et des locations.

Par la suite, leur fille, ma grand mère Marcelle qui s'était marié en 1923, avec Fernand FAVIER, mon grand père, né à La Tremblade, d'une famille trembladaise, de pêcheur, et qui était lui même pêcheur et ostréiculteur, ont apporté leur aide.

Mon père André FAVIER est né en 1924, au 1er étage du café/restaurant de mes arrière-grand-parents. J'ai des souvenirs de ce café, car lorsque j'étais adolescent , les réunions du soir avec mes copains se passaient souvent dans ce café  (qui n'appartenait plus à ma famille).

André FAVIER a épousé Andrée LARROUDE, ma mère, au Boucau dans les "basses" pyrénées, en 1947 (Pyrénées Atlantique, aujourd'hui). Je suis né quelques temps plus tard. Lorsque j'étais enfant, mes parents ont tenu pendant plusieurs années, une épicerie, dans un garage prété par mon arrière grand mère.

 

Cette petite épicerie de quartier, a toujours bien fonctionné (il n'y avait pas de grandes surfaces dans ces années là). Elle était ouverte de juin à septembre, tous les jours et à toutes heures. Travail intence, pénible, trés loin des 35 h d'aujourd'hui...Mon pére et ma grand mère vendaient  des huitres et des coquillages sur le marché de Ronce, et faisaient également un autre marché à Blaye (33), tous les samedis.

Tout en s'occupant de l'épicerie et du marché, mes parents aidaient également à gérer les locations. Par la suite lorsqu'ils ont décidé d'arréter le marché de Ronce et de fermer l'épicerie, ils se sont investis un peu plus dans les locations tout en continuant l'ostréiculture et le marché de Blaye.

Mon arrière grand mère est décédée en 1966, à 82 ans, en laissant à la succession, les biens que leur couple avait créés. Mes grand-parents, puis mes parents ont continué les locations, tout en essayant , d'entretenir, de modifier, de s'adapter aux demandes des vacanciers.

Mes grand-parents et parents sont maintenant décédés et j'ai donc hérité de ces biens.

 Aujourd'hui, les demandes de vacances sont différentes de cette époque. Les clients ont changé, la durée des vacances aussi.  

Je continue  les locations en faisant de mon mieux pour satisfaire la clientèle nouvelle ou ancienne (une famille vient dans les logements depuis.....36 ans..), et laisser à mes enfants une propriété qu'ils  pourront si c'est possible continuer à gérer encore des années.

Voilà donc l'histoire de cette propriété, qui existe encore grâce au travail de mes aïeux 

 

Commentaires (2)

1. Gaillot-Bernard 21/01/2011

Bonjour

A la première lecture sur les souvenirs je me doutais qu'il s'agissait de toi .
Très bonne idée ce site .

Gaillot-Bernard

2. Findris Renée 25/06/2010

Bonjour,

Votre site m'a beaucoup itéressée, j'aimerais tellement pouvoir raconter de belles choses comme celles-là sur mes ancètres

Hélas, je suis toujours à la recherche d'une trace de mon grand-père paternel, car j'ai très peu de renseignements, mon père n'ayant pas été reconnu.

Ce que je sais, c'est qu'il s'appelait Gustave Évèque, qu'il est probablement né aux alentours de 1890-1900, puisque mon père est né en 1920.
Il serait originaire d'Auvergne et était à Paris dans les années 1920à 1940, il était représentant en vons etspiritueux, et avait ses habitudes en 1940-1942 au restaurant "la Coupole" à Paris
Jusque là toutes mes recherches ont été infructueuses

Je mets un espoir dans ce contact auprès de vous, ce serait merveilleux si vous aviez un lien avec ce monsieur et que vous puissiez me donner une piste

j'attends avec impatience votre réponse dont je vous remercie par avance

bien cordialement

Renée Findris

www.reneefindris.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×